Abonnez-vous à La Lettre de Saint-Jacques

Formulaire de Contact

Père Georgino RAMEAU,spsj

 

Editorial

(La Lettre de Saint-Jacques n° 209)

Au fil des lectures bibliques du temps de carême de cette année, il m’a semblé que la liturgie invitait les chrétiens à monter et à entrer au fond d’eux-mêmes. Une montée vers la liberté et une vision claire du dessein de Dieu pour chaque être humain. Tel Abraham, notre père dans la foi, conduit vers le mont Moriah, pour y recevoir la bénédiction divine et devenir, lui-même, instrument de bénédiction pour l’humanité entière. Pour y arriver, il a dû accepter l’obéissance de la foi, pour se jeter tout entier dans l’aventure de la confiance au Dieu toujours fidèle à sa promesse.
Avec le peuple d’Israël, nous avons été et nous sommes invités à nous rendre au rendez-vous du Sinaï, où Dieu, par le don du décalogue, offre aux hommes les moyens pour être constamment libres et heureux. Cette invitation à monter consiste alors à répondre favorablement à l’invitation de Jésus, lancée le premier dimanche du carême 2018 : « Les temps sont accomplis, le Royaume s’est approché, convertissez-vous ! ». Or, cette conversion ou ce retournement vers Dieu est possible que parce que Jésus nous accompagne dans notre montée. Avec lui, nous sommes conduits sur la montagne de la transfiguration. Non pas uniquement pour le contempler drapé de vêtements d’une inégalable blancheur, mais aussi et surtout pour recueillir avec les disciples et en tant que disciples, les mots du Père céleste révélant son identité de Fils Bien-Aimé, de qui il faut écouter la parole. Tout disciple doit pouvoir se rendre compte qu’il n’est pas un simple spectateur curieux de cette scène de la transfiguration. Avec le Christ, il est monté sur la montagne de la révélation : celle du dessein de Dieu, celle de l’histoire du salut, celle d’un Dieu ami des hommes offrant à ces derniers les moyens du salut.
Pour avoir vu Jésus transfiguré, les disciples sont passés d’une vision extérieure à un regard plus intérieur. Le visage commun du prophète itinérant de la Galilée laisse transparaître celui du Ressuscité. L’apparition de Moïse et d’Elie auprès du fils de Joseph et de Marie invite à situer le temps présent et à venir dans celui de Dieu. Et puisqu’il fallait descendre de cette montagne – n’en déplaise à Pierre qui voulait y dresser des tentes – les disciples sont appelés à mieux regarder désormais. Désormais, ils pourront découvrir au-delà des sillons creusés par les aléas de la vie sur le visage de chaque homme et de chaque femme de la plaine, la présence de l’être humain de qui Dieu dit : « Celui-ci est mon fils bien-aimé, celle-ci est ma fille bien-aimée », faites-en attention ! Alors, allons dans la joie de la résurrection vers les hommes et les femmes qui nous attendent dans la plaine, pour monter avec eux vers le Moriah de leur identité, vers la montagne de la transfiguration où Dieu révèle leur vraie nature. Allons le leur annoncer ! Car le Transfiguré, jadis mort, est maintenant ressuscité. Alléluia !
Dans ce numéro, vous découvrirez les rencontres de nos missionnaires avec les hommes et les femmes de nos pays de mission au Brésil, en France et en Haïti. Vous verrez par leurs yeux les différentes montagnes où Dieu leur a donné rendez-vous. Et plus nous monterons avec eux vers les hauteurs, plus nous découvrirons les profondeurs du mystère divin qui nous habite et nous invite à la joie de la mission.
En vous remerciant encore une fois pour votre fidélité à la Lettre de Saint-Jacques, je vous souhaite une bonne lecture et de belles joies pascales avec le Seigneur Ressuscité.

Père Georgino Rameau,
Directeur de publication

Abonnez-vous à La LETTRE DE SAINT-JACQUES

 

 

Lancée en 1945 par Mgr Paul ROBERT,  le tirage est aujourd’hui de 1 230 exemplaires.

La revue au fil du temps

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous souhaitez recevoir notre revue, merci de bien vouloir télécharger le coupon, de l’imprimer puis et nous le renvoyer à l’adresse :

« La Lettre de Saint-Jacques« 

BP 40319 – 29403 LANDIVISIAU Cedex

« De vous à nous », « de nous vers vous », de mission à mission, d’ici ou d’ailleurs, et de pays à pays : Actualité de la Société en France, nouvelles de nos missionnaires au Brésil, en Haïti, en France, état des lieux sur place, récits des actions et développements que nous soutenons grâce à vous…


La Lettre de Saint-Jacques n° 208 – Décembre 2017

Editorial

« voici que je vous annonce une bonne nouvelle,
qui sera une grande joie pour tout le peuple :
Aujourd’hui, dans la ville de David,
vous est né un Sauveur
qui est le Christ, le Seigneur » (Lc2, 11)

Chères lectrices, chers lecteurs, chers amis,

Tels sont les mots que l’Evangéliste Luc nous fait entendre à la nuit de Noël ! Il s’agit d’un faisceau lumineux dissipant les ténèbres !Un message symphonique d’espérance et d’avenir nous y est adressé. Car un Sauveur nous est né ! Un Fils nous est donné ! Gloire à Dieu dans les siècles !
Avec vous, en Haïti, en France et au Brésil,les Prêtres de Saint-Jacques accueillent le message adressé par l’ange de la Nativité aux bergers de Bethléem. « Ne craignez pas ! » disait-il ! Dans les ténèbres une lumière a resplendi. Une étoile est apparue. Une invitation à la marche nous est lancée. Marche vers la vie, vers la joie. Vers le Christ.
Avec nos prédécesseurs dans la mission, nous écoutons l’ange nous inviter à la confiance. Fidèles à eux, nous fixons nos yeux vers les périphéries du monde. Dans une mangeoire, une hutte, une maison… une famille nous attend. Emmailloté dans du linge, un petit enfant endorminous fait goûter à la paix et à la sérénité.
Un père, une mère contemplent leur Nouveau-Né.Mystère d’un enfantement. Celui d’un monde nouveau à naître. Déjà en train de naître, où paix et justice s’embrasseront, quand, en chaque homme, chaque femme, le visage de Dieu est reconnu et honoré. Dieu se donne à être connu et reconnu dansnos terres de mission.
Alors, comme en route vers une apothéose, avec nos cœurs pleins d’espérance, partons avec les bergers de Bethléem à la rencontre de Celui qui vient pour être Dieu-avec-nous, l’Enfant-Dieu. Emmanuel !
Un grand merci à l’équipe de La Lettre que je rejoins avec enthousiasme. Dans la confiance nous poursuivons notre marche d’un perpétuel avent.

A vous tous et à vous toutes, je souhaite de joyeuses fêtes de Noël 2017, et une heureuse et Sainte Année 2018 !

P. Georgino RAMEAU, psj.